Le Chien noir – le compagnion du Yâbe

Le chien noir est un personnage qui croisait le chemin des Canadiens français de temps en temps. Dans les anecdotes qui nous sont parvenues, quand le Chien noir apparait, le Diable (le Yâbe) n’est jamais bien loin. 

La première catégorie de Chien noir est celle des loup-garous. On devenait loup-garou lorsqu’on ne faisait pas ses Pâques pendant sept ans* ou lorsqu’on faisait un pacte avec le Diable. Une des forme dans laquelle ils “couraient le loup-garou” était le chien noir. Deux histoires où les loup-garous ont été libérés ont les damnés transformé en chien noir. Dans le premier cas, deux hommes savent que leur ami est un loup-garou et entreprennent de le libérer. Ils voient un grand chien noir et arrive à le couper sur la cuisse. Se rendant chez leur ami par la suite, ils le trouvèrent en train de se faire bander la cuisse. Dans un autre cas, la libération est accidentelle, mais j’imagine la bienvenue. Un chien noir entre dans une maison où une femme se trouve seule. Elle frappe le chien au museau et ce dernier s’enfuit. Un peu plus tard, son mari entre à la maison et elle s’aperçoit qu’il est blasé à la bouche et au nez. Dans la tradition franco-canadienne, il suffit de faire saigner un loup-garou pour le libérer. Le folklore indique que la coupure doit être faite sur le front, mais de nombreuses anecdotes nous confirment que tant que le loup-garou saigne, il sera libéré. 

Le chien noir est parfois un envoyé direct du Diable. Le Diable ne fait pas toujours dans la subtilité. Sur un chantier, un homme reconnu pour blasphémer est interpellé par un prêtre. Au lieu de se repentir, il invective le curé de plus belle. À ce moment, une gros chien noir apparait et le camp se rempli de fumée. Quand la fumée se dissipe, on ne retrouve ni chien, ni blasphémateur. Dans une histoire de chasse-galerie, deux hommes se trouvent dans le même bateau volant. Celui à l’avant est un mauvais chrétien reconnu, mais le deuxième est mort dans la journée. Entre ses jambes se trouve un chien qui avait “deux grosseurs comme les autres” (deux fois plus gros), une marque que le chien est surnaturel. Le témoin de la scène est persuadé que le chien accompagne le trépassé en enfer. 

Nous avons aussi une histoire qui chevauche les deux types d’anecdotes. Un homme qui a reconnu être un loup-garou refuse de se repentir avant de mourir. Un gros chien noir vient se coucher sous son lit et il y reste tant que le corps n’est pas sorti de la maison. Il est possible d’extrapoler que ce chien était là pour amener l’homme en enfer ou encore pour lui rappeler le marché qu’il avait fait avec le Diable. 

Alors quoi faire si l’on croise un Chien noir surnaturel? (À ne pas confondre avec les chiens noirs naturels, qui sont tous de bons chiens). On peut poser des croix entre lui et nous, soit en passant un pont (qui fait la croix avec la rivière en dessous) soit en faisant un signe de croix ou encore en s’entourant de croix tracées sur le sol. On peut essayer de le couper, si l’on croit que c’est un loup-garou, ou encore réciter une prière à un saint ou un malice avec qui on a développé une relation. De l’eau bénite peut aussi aider à le tenir à distance. 

Cependant, la règle d’or est de ne pas l’engager s’il ne vous engage pas. Il sait probablement où il s’en va et s’il vous ignore, vous aurez simplement une bonne histoire à conter. 

*le nombre d’années varie dépendant de la région.


The Black Dog is a being which crossed paths with French Canadians from time to time. In the anecdotes that have come down to us, when the Black Dog appears, the Devil (le Yâbe) is never far away.

 The first category of Black Dog is the loup-garou. One became a loup-garou when they did not do their Easter sacraments for seven years* or when they made a pact with the Devil. One form in which they « ran the loup-garou » was of a clack dog. Two stories we have where werewolves were released (of their plight) have the condemned transformed into black dogs. In the first case, two men know that their friend is a loup-garou and set out to free him. They see a large black dog and manage to cut it on the thigh. Going to their friend’s house afterwards, they found him bandaging his thigh. In another case, the release was accidental, but I imagine it was welcomed. A black dog enters a house where a woman is alone. She hits the dog in the snout, and it runs away. A little later, her husband enters the house and she notices that he is injured at the mouth and nose. In the French-Canadian tradition, all you have to do to free a loup-garou is to make it bleed. Folklore indicates that the cut must be made on the forehead, but many anecdotes confirm that as long as the loup-garou bleeds, it will be released.

 The Black Dog is sometimes a direct envoy of the Devil. The Devil is not always subtle. On a construction site, a man known for his blasphemy is challenged by a priest. Instead of repenting, he insulted the priest even more. At that moment, a big black dog appears and the camp is filled with smoke. When the smoke clears, neither dog nor blasphemer are found. In a chasse-gallerie story, two men are in the same flying boat. The one in the front is a known bad Christian, but the second had been dead since earlier in the day. Between his legs is a dog that was « twice as big as the others », a sign that the dog was supernatural. The witness at the scene was convinced that the dog accompanied the deceased to Hell.

 We also have a story that overlaps both types of anecdotes. A man who has admitted to being a loup-garou refuses to repent before he dies. A large black dog comes and lies under his bed and stays there until the body is removed from the house. It is possible to extrapolate that this dog was there to take the man to Hell or to remind him of the deal he had made with the Devil.

 So what do you do if you come across a supernatural Black Dog (not to be confused with natural black dogs, which are all good dogs)? We can put crosses between him and us, either by crossing a bridge (which makes the cross with the river below) or by making a sign of the cross or by surrounding ourselves with crosses drawn on the ground. We can try to cut it, if we believe it is a loup-garou, or recite a prayer to a saint or a malice with whom we have developed a relationship. Holy water can also help to keep it at bay.

However, the golden rule is not to engage him if he doesn’t engage you. He probably knows where he’s going and if he ignores you, you’ll just have a good story to tell.

*The number of years varies depending on the region.


ABBOTT, Francis A. The Body or the Soul? Religion and culture in a rural parish, Saint-

Joseph-de-Beauce, 1736-1901. Thèse de doctorat en philosophie. Simon Fraser

University, 2012, 307p.

BARBEAU, Marius, George MERCURE, Jules TREMBLAY et J.-E.-A. CLOUTIER. « Anecdotes populaires du Canada », première série, The Journal of the American Folk-Lore, vol. XXXIII, no. 129, (July-Sept 1920), p. 173 – 297.

ROY, Carmen (1962). Littérature orale en Gaspésie. Ottawa, Musée national du Canada, bulletin no. 134, 389 p.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :