La Roche en feu

English will follow

La Saint-Jean dernière, lors de notre ceuillette annuelle, nous avons eu la chance inestimable qu’un lieu sacré se révèle à nous.

Cueillette des herbes 

Nous nous sommes rencontrés juste un peu avant l’aube à notre endroit habituel pour une petite marche en forêt. Nous avions notre équipement prêt: notre ciseaux dédié à la cueillette des herbes de Saint-Jean, quelques sacs ainsi que nos offrandes. Cette année nous avions du tabac local, de la bière d’épinette et une pomme. Des moustiques nous accompagnaient pour faire un festin, heureusement nous étions trop concentrés sur notre tâche pour vraiment nous en soucier, mais nous avons tout de même amené avec nous le chasse-moustique sacré. 

Offrande initale

La première herbe que nous avons rencontrée fut l’armoise, avant même que nous ayons fait notre offrande à l’esprit de la Montagne et l’esprit des Herbes. Nous avons offert à la magnifique armoise un peu de tabac (N. rustica qu’Erik a cultivé lui-même) et en quelques coups de ciseaux, nous l’avons ajouté à notre sac. En quelques minutes nous sommes arrivés à une petite alcôve, là où nous faisons généralement nos offrandes. Nous présumons que cette alcôve fut jadis dédiée à Jésus ou à Marie, mais elle a été vandalisée il y a bien longtemps et est maintenant vide. À cet endroit nous avons laissé nos offrandes (pomme, bière d’épinette et tabac) à l’esprit de la Montagne, car au sommet de la montagne dans laquelle serpente notre sentier, se trouve un “champ du Diable” selon la légende locale. De la même manière, nous avons fait nos offrandes aux esprits des Herbes que nous allions récolter en cette Saint-Jean. Nous avons ensuite continué notre voyage,  faisant nos offrandes à et récoltant nos plantes: le tussilage, le mélilot, l’utriculaire vulgaire, le pantin, et le trèfle rouge.

Lecture de carte au lever du soleil

À l’aube, mais avant le lever du soleil, nous nous sommes arrêtés près d’une grosse pierre . Erik, ayant un jeu de cartes sur lui, a suggéré que c’était un moment opportun pour une lecture divinatoire à la manière de Richard. 

La bouteille!

Après que l’offrande de remerciement ait été faite, nous nous sommes dirigés vers le stationnement. Je me suis aperçue que j’avais laissé la bouteille qui contenait la bière d’épinette au pied de l’alcôve. Au moment même où j’ai réalisé cet oubli, jai su qu’il était impératif de retourner la chercher. Mon esprit rationnel me disait que polluer, encore plus un lieu sacré, c’est mal, mais mon émotif était dans l’urgence. Il *fallait* que je revienne sur mes pas. En arrivant près de l’alcôve, Erik s’est dirigé vers un point au delà de notre arrêt régulier en me demandant si j’avais vu la roche. Je ne voyais pas encore de quoi il parlait, mais après avoir fait quelques pas de plus, elle est apparue. La roche en question, sous les rayons du soleil levant, semblait incandescente, comme si elle possédait son propre feu. 

Roche en feu

Moins de cinq minutes avant, il n’y avait rien de spécial à cet endroit. Cinq minutes plus tard, bien que la roche soit encore éclairée par les rayons du soleil, son incandescence avait disparue. 

Ce phénomène devrait se reproduire à chaque année, car il se produit au moment où le soleil passe juste au-dessus de l’horizon.

C’était clair pour nous deux que de découvrir cet endroit de cette façon n’était pas le fruit du hasard. Nous avons eu l’impression qu’on nous avait appelé à cet endroit. Cette pierre, à deux pas de notre alcôve, voulait attirer notre attention, nous signifier qu’elle était là elle aussi.

Pour plus de photos et un vidéo, cliquez sur l’icône Instagram dans l’entête du blog.


The Burning Stone

Last St. Jean we had the chance of having a sacred site reveal it’s existence to us.

Meet-up for herb gathering

We met up a few hours before the crack of dawn at our usual herb gathering spot, which is a quaint little walkabout along a forest path. We had all our equipment at hand, dedicated herb scissors, a couple of bags and offerings consisting of: spruce beer, homegrown tobacco and an apple. There were many mosquitos which came along for a feast, luckily we were too focused on the task at hand to worry about them… but we still brought the mandatory sacred bug spray. 

Initial offering

The first herb we came to was Mugwort before we made our initial offering to the Spirit of the Mountain and the Spirits of the Herbs. Not passing up the opportunity to harvest the beautiful Mugwort, we offered her some tobacco (N. rustica, which Erik grew) and with a snip of the dedicated scissors, we added her to the bag. Back to the initial offering before we engaged on this voyage , coming to the little alcove at the entrance of the trail – which we presume used to house an icon to either Jesus or Mary, but has since been vandalized. Here in this place, we gave an apple and tobacco to the Spirit of the Mountain as this trail is at the foot of a mountain, renowned in local legend for having a “Devil’s Field” at its summit. Likewise, we offered to the Spirit of the Herbs, of whichever will give themselves over to us this St. Jean. After this initial offering we continued on our voyage, encountering, offering to and harvesting: Colt’s foot, Sweet Clover, Wild Peas, Bladderwort, Plantain, Red Clover to accompany the initial Mugwort.

As the sun began to light up the horizon, dawn but not sunrise, we came to a large boulder. Erik having a deck of cards suggested that this would be an opportune time to take a divination reading (à la manière de Richard – which is our customary method).

The BOTTLE!

After the thank you offering was made, we headed to the parking lot. I realized that I had left the bottle containing the spruce beer at the foot of the alcove. The moment I realized this, I knew it was imperative to go back and get it. My rational mind told me that polluting, let alone a sacred site, is wrong, but my emotional one was in a hurry. I *had* to retrace my steps. As we got near the alcove, Erik walked over to a point beyond our regular stop and asked if I had seen the rock. I still couldn’t see what he was talking about, but after taking a few more steps, it appeared. The rock in question, under the rays of the rising sun, seemed to glow, as if it had its very own fire. 

Burning Stone

Less than five minutes before, there was nothing special about this spot. Five minutes later, although the rock was still lit by the sun’s rays, its incandescence had disappeared. 

This phenomenon should take place every year, because it happens when the sun passes just above the horizon.

It was clear to both of us that discovering this place in this way was no accident. We had the impression that we had been called to this place. This stone, two steps away from our alcove, wanted to attract our attention, to let us know that it was there too. 

For more pictures and a video, clic on the Instagram icon on the header of the blog.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :