Le Cheval blanc

English will follow

On retrouve dans la culture canadienne française plusieurs êtres que nous avons appelés les Malices. Certains sont des êtres mystérieux et méconnus alors que d’autres font partie intégrante du folklore, passant du règne des contes jusqu’à celui des croyances. Dans cet article, nous vous présenterons le Cheval blanc, partagerons le folklore de ce malice et comment en tant que sorcier.ère nous pouvons incorporer sa présence dans notre pratique rituelle. 

Les chevaux en tant qu’êtres folkloriques sont omniprésents dans les cultures européennes. De l’Angleterre avec le Cheval blanc d’Uffington au chevaux blanc de Xerxes en passant par la monture de Rhiannon, il y a peu de cultures en Europe qui ne tienne pas en haute estime le Cheval blanc. Cet article n’est pas un exposé historique sur les origines du cheval blanc mythique en général, mais il est important de souligner que les Canadiens français ne sont pas seul dans leur croyance en cet animal. Il est cependant important de comprendre que le Cheval blanc dans notre sorcellerie est cohérent avec l’espace folklorique canadien français. Il serait donc erroné d’affirmer que le Cheval blanc que vous rencontrerez ici est “le même que celui de X mythologie européenne”. Ce malice est fermement encadré par les limites de notre culture de ce côté de l’Atlantique. 

Dans le corpus des contes, nous trouvons de multiples instances où le héros Ti-Jean reçoit l’aide d’un cheval blanc. Souvent le Cheval blanc est un prince piègé dans le corps du cheval ou encore, c’est un cheval auquel on donne des qualités anthropomorphiques. Il peut être accompagné de chevaux d’autres couleurs comme rouge, noir, doré… Dans tous les cas, le Cheval blanc est le cheval qui assure la protection du héro, les autre n’étant là que pour l’appuyer dans sa tâche ou prendre la relève si le Cheval blanc doit se sacrifier. Dans ces contes, le Cheval blanc peut être le plus rapide, capable d’entrainer Ti-Jean loin d’un ennemi en poursuite. Il peut aussi être l’hérault de chance à venir. Le Cheval blanc est celui qui aidera le voyageur épuisé à triompher des périls et des épreuves. 

Le corps du Cheval blanc a des propriétés magiques. Dans Ti-Jean et le cheval blanc (1), le Cheval blanc est un prince emprisonné dans la peau du cheval par une méchante sorcière. C’est le héros qui le libérera de sa malédiction. Ce conte recoupe la légende selon laquelle une personne peut être transformée en cheval blanc si elle ne fait pas ses sacrements, à la manière d’un loup-garou. 

Dans Je m’suis fait faire un bâtiment, une vieille chanson maritime, le narrateur explique comment il a sacrifié son cheval et utilisé toutes les parties de son corps pour se construire un puissant vaisseau (2). La tête devient l’ancre, les intestins sont transformés en cordage, le gouvernail est fait de la queue… Nous pouvons voir que le Cheval blanc, et les chevaux en général, sont vus comme des créatures puissantes, ou malices, qui transcendent l’imagination pour s’incarner dans le monde animé des habitants

Le Cheval blanc est aussi un gardien de l’ordre établit. Ainsi, un cheval blanc, qui s’allonge autant que nécessaire, fait monter sur son des musiciens qui ont fait la fête et joué du samedi au dimanche, journée interdite. Au lieu de trotter, le cheval s’élance dans les airs et se met à rapetisser en passant au-dessus du fleuve, précipitant les musiciens dans l’eau. (4) 

Le Cheval blanc peut aussi prendre un rôle de protection. Au Mont-St-Hilaire, l’image d’un cheval blanc apparait sur le flanc de la montagne à chaque hiver. Les cultivateurs savent qu’il ne faut pas semer avant que le Cheval blanc ne soit complètement dégelé afin d’éviter de voir ses plants détruits par un gel tardif (5). Le nombre de commerce et d’établissement nommés d’après le Cheval blanc dans la région du Mont-St-Hialire démontre son importance. 

Malgré sa présence généralement bénéfique, le cheval blanc est aussi une forme que peuvent prendre les loups-garous, renforçant l’aspect magique du Cheval blanc, mais lui laissant aussi un libre arbitre (1)(6).  

***************************

Note d’expérience:

Le Cheval blanc est un des rares esprits qui traverse des contes aux expériences vécues et vice-versa. Erik et moi avons observé que les esprits provenant des contes étaient beaucoup plus intéressés au sort des humains que les créatures des anecdotes (que nous avons appelés Malices). Le Cheval blanc est particulièrement protecteur des humains qui lui demande de l’aide. Lors d’un rituel où une protection magique était cruciale, j’ai invoqué le Cheval blanc. Il a ouvert son dos pour me laisser entrer et j’ai porté sa peau et son énergie comme bouclier. Son aide était naturelle et bienveillante, mais sa présence commandait le respect. J’ai effectué mon voyage en toute sécurité et je suis revenue saine et sauve. 

  1. BARBEAU, Marius. Contes populaire. Première Série. The Journal of American Folklore, Vol. 29, No. 111 (Jan. – Mar., 1916), pp. 1-136+153-154
  2. ROY, Carmen. Littérature orale en Gaspésie. 2nd ed. Ottawa, Qc: Le Ministere., 1962.
  3. DESRUISSEAUX, Pierre. Croyances et pratiques populaires. Montréal, Qc. Éditions du Jour. 1973.
  4. DUPONT, Jean-Claude. Légendes des villages. Sainte-Foy, Qc. 1987
  5. https://www.waymarking.com/waymarks/WMKKPZ_La_lgende_de_Eau_blanche_Mont_St_Hilaire_Qc  – accédé 2021-06-06
  6. DUPONT, Jean-Claude. Légendes du Saint-Laurent. Sainte-Foy, Qc. 1984

Within French Canadian culture there are found numerous beings which we have come to know as malices. Some are more nebulous and non-descript, while some are a staple of folklore, permeating through the realm of the contes and into the sphere of belief. In this post we would like to introduce the Cheval Blanc, share some pertinent folklore about this malice and how we as Sorcier.es  may incorporate them into our ritual practice.  

White horses as folkloric beings are nearly ubiquitous among European cultures. From England, with the Uffington White Horse to the white horses of Xerxes as well as the pale horse ridden by Rhiannon, there is scarcely a culture in Europe which does not hold mythical white horses in esteem. While this post is not a historical exposé on the “origins” of the mythic white horse in general, it is important to highlight that French Canadians are not unique in their belief of such a being. That said, it is important that how we come to understand the Cheval Blanc in our sorcellerie is consistent within the French Canadian folkloric milieu. Thus, it would be erroneous to say that the Cheval Blanc “is the same as X in European mythology”. This malice is firmly set within our culture on this side of the Atlantic. 

Within the corpus of the contes we find multiple instances where the hero Ti-Jean is aided by the Cheval Blanc. Oftentimes the Cheval Blanc is a prince trapped in the horse’s body or a horse that is given anthropomorphic qualities(1). He may also be paired with horses of other colours, such as red, black, gold, etc. In all cases the Cheval Blanc is understood to be the primary protective horse and the others are secondary helpers. In these tales, the Cheval Blanc may be the swiftest, able to speed Ti-Jean from a pursuing enemy. He may also be a harbinger of luck in general. In the end, le Cheval Blanc is a being who helps the weary voyageur through their trials and tribulations.

The Cheval Blanc is also noted as having a magical body. In Ti-Jean et le cheval blanc (1) the Cheval Blanc is a prince who was imprisoned in the hide of a white horse by an evil witch. It is the hero who is finally able to free him from that form. This folktale intersects with the legends of the French Canadians who tell that a person can be turned into a Cheval Blanc – much in the same way as a Loup-garou – if they do not follow their religious sacraments. In an old folk maritime song called Je m’suis fait faire un bâtiment (I had a ship made for me), there is mention of the lead character sacrificing his horse and using the various body parts of the horse to build a mighty ship (2). The head becomes the ancre and the intestines become the rope, likewise the tail turns into the rudder, etc. In this way we can see that the Cheval Blanc and horses in general are viewed as powerful beings – or malices – which can transcend the folk imagination and into the spirited world of the habitants.

We find mentions of the Cheval Blanc peppered throughout French Canadian folklore. The cheval Blanc is found in a number of divination methods or in augury. One means of divining consists of a young woman counting up to 100 horses, the first man to enter her home after the count is to be her future husband. Dreaming of a white horse tells of an upcoming wedding. However, dreaming of white horses may also foretell a death (3). If on the same day, and in that order, one sees a license plate with two identical numbers followed by a white horse, one must make a wish and it will come true (3).

The Cheval Blanc is also a keeper of established order. Thus, if a white horse which is stretched out and a musician who was celebrating and playing music on a Saturday or Sunday – which is not permitted –  is taken up upon it, the horse will not trot but rather will buck and jump over a river and cause the musician to fall into the water. 

The Cheval Blanc can also take on the role of protection. At Mont-St-Hillaire, there is an image of a white horse which appears on the side of the mountain each winter. The farmers know that one should not plant before the Cheval Blanc is not fully melted away so that the plants do not suffre from a late frost (5). The number of business named after the Cheval Blanc in the region of Mont-St-Hillaire speak to how important this being was.

Despite its generally benevolent presence, the Cheval blanc may also take on a form reminiscent of the loup-garou, which reinforces its magical qualities and likewise leaving it up to its own free will.

*****************************

Experiential Note:

The Cheval Blanc is one of the rare spirits which traverses the contes into everyday life and then back again. Erik and I have observed that the spirits which emanate from the contes were far more interested in the plight of humans rather than the beings from the anecdotes (which we know as the Malices). The Cheval Blanc is primarily a protector of humans who seek out his help. In a ritual working, where magical protection is crucial, I have invoked the Cheval Blanc. He opened up his back and allowed me to enter his hide, his energy coming through as a shield. His help was natural and benevolent, but his presence commanded respect. I was able to conduct my voyage safely and returned safe and sound.

  1. BARBEAU, Marius. Contes populaire. Première Série. The Journal of American Folklore, Vol. 29, No. 111 (Jan. – Mar., 1916), pp. 1-136+153-154
  2. ROY, Carmen. Littérature orale en Gaspésie. 2nd ed. Ottawa, Qc: Le Ministere., 1962.
  3. DESRUISSEAUX, Pierre. Croyances et pratiques populaires. Montréal, Qc. Éditions du Jour. 1973.
  4. DUPONT, Jean-Claude. Légendes des villages. Sainte-Foy, Qc. 1987
  5. https://www.waymarking.com/waymarks/WMKKPZ_La_lgende_de_Eau_blanche_Mont_St_Hilaire_Qc  – accédé 2021-06-06
  6. DUPONT, Jean-Claude. Légendes du Saint-Laurent. Sainte-Foy, Qc. 1984

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :