Bénédiction du Nouvel an

Une tradition qui survit encore aujourd’hui dans quelques familles est la bénédiction paternelle du Jour de l’An. Traditionnellement, un des enfants demandait au père la bénédiction et tous les enfants se mettaient à genoux et le père les bénissait pour l’année à venir, au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit.

À Courir le loup-garou, nous aimons l’idée de cette pratique, mais beaucoup moins la forme. Nous avons donc essayé de la rendre beaucoup plus inclusive et nous espérons qu’elle vous inspirera. 

D’abord, nous avons appelé cette pratique la “Bénédiction familiale”. Par “familiale”, nous incluons les familles nucléaires, les familles recomposées, les familles polyamoureuses, les familles choisies et toute autre unité que vous pouvez considérer comme une famille. 

Dans cette pratique, n’importe qui peut bénir une autre personne et l’on peut recevoir ET donner la bénédiction. Cette bénédiction peut être demandée ou offerte. 

Nous avons gardé le moment de la bénédiction au Jour de l’An. Le Nouvel An est un seuil gigantesque, un moment qui est un peu de la vieille année et un peu de la nouvelle, les deux en même temps ou aucune des deux. C’est donc un moment intrinsèquement magique. Cette énergie est encore présente dans la journée qui suit et aussi dans la journée précédente. Nous avons arrêté notre choix sur le 1ier janvier, car traditionnellement, c’était le moment où avait lieu la bénédiction.

Pour réaliser cette bénédiction, la personne qui la donne doit placer ses mains au-dessus de celles du receveur en ayant les paumes vers le bas. Le receveur à les paumes de la main tournées vers le haut. Aucun besoin pour le receveur de se mettre à genoux à moins qu’iel le désire. 

Il est possible d’utiliser votre propre énergie pour effectuer la bénédiction ou de demander l’assistance d’une déité ou d’un esprit avec qui vous avez une relation qui le permet. 

Étant donné que traditionnellement, la bénédiction incluait la phrase “je vous béni au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit”, accompagné ou non de souhaits personnalisés par le père, nous avons pensé gardé une structure similaire.

Si vous bénissez quelqu’un au nom d’une entité magique, la formule serait la même: “je vous bénis au nom de *insérer le nom de la déité/esprit*, puisse l’année à venir *insérer vos souhaits personnalisés*. La personne qui reçoit la bénédiction peut répondre, si elle en sent le besoin, avec un simple “merci”. 

Si vous utilisez votre propre énergie, utilisez la même formule que ci-dessous en retirant la partie “au nom de… ». Ça ressemblerait à ceci: “Je vous bénis (ou je vous bénis en mon nom) puisse l’année à venir *insérer vos souhaits personnalisés*

Rappelez-vous que vous pouvez bénir un groupe, une seule personne et/ou que cette bénédiction soit réciproque. 


A tradition that still survives to this day in some families is the paternal blessing on New Year’s Day. Traditionally, one of the children would ask the father for the blessing and all the children would kneel down and the father would bless them for the coming year in the name of the Father, Son and Holy Spirit.

At Courir le loup-garou, we like the idea of this practice, but much less the form. So we’ve tried to make it much more inclusive and we hope it will inspire you. 

First, we called this practice the « Family Blessing. » By « family » we include nuclear families, blended families, polyamorous families, chosen families, and any other unit you may consider a family. 

In this practice, anyone can bless another person and one can receive AND give the blessing. This blessing can be asked or offered. 

We have kept the time of blessing to New Year’s Day. New Year’s is an important threshold, a moment that is a little bit of the old year and a little bit of the new, both at the same time or neither. So it is an inherently magical time. This energy is still present in the day that follows and also in the day before. We chose January 1st because traditionally it was the time when the blessing took place.

To perform this blessing, the person giving the blessing must place his or her hands over those of the recipient with palms down. The receiver has their palms facing up. There is no need for the receiver to kneel unless he or she wishes to do so. 

It is possible to use your own energy to perform the blessing or to ask for assistance from a deity or spirit with whom you have a relationship that allows it. 

Since traditionally the blessing included the phrase « I bless you in the name of the Father, the Son and the Holy Spirit » with or without personalised wishes from the father, we thought we would keep a similar structure.

If you are blessing someone in the name of a magical entity, the formula would be the same: « I bless you in the name of *insert name of deity/spirit*, may the coming year *insert your personalized wishes*”. The person receiving the blessing can respond, if they feel the need, with a simple « thank you ». 

If you are using your own energy, use the same formula as below, removing the « on behalf of… » part. Which would look like this: « I bless you (or I bless you on my behalf) may the coming year *insert your personalized wishes*”.

Remember that you can bless a group, a single person and/or that this blessing may be reciprocal.  

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :